Du jeudi 15 au dimanche 25 juillet : tous les jours (relâche lundi 19) à 20h30 du mardi au vendredi, à 18h00 les samedi et dimanche

L’État de siège, d’après Albert Camus – Adaptation et mise en scène : Maxime Séchaud, Assistant à la mise en scène : Benjamin Colin. Costumes, scénographie : Léa Decants. Construction : Naji Ferahtia. Régie générale : Richard Kabbous. Musique originale : Red.  Avec : Jérôme Baelen, Nicolas Serluppus, Emilie Vaudou, Louise Lougrada, Pierre Verquin, Josué Montois, Michel Bence, Anne Cantais, Blanche Debeusscher, Baptiste Delamare, Haffsa Ettahiri, Denis Gheerardyn, Matthieu Hocquard, Adèle Houriez, Fanny Laborde, Marie-Jeanne Lejuste, Laurence Leuleu et Michel Tranchant. 

Dans une petite ville paisible du sud de l’Espagne, la Peste se propage. Dans cette tragi-comédie Camus, nous raconte la révolte d’un peuple en pleine épidémie. Écrite en 1948 elle est frappante de similitudes avec le monde d’aujourd’hui. Cette fable poétique et politiqueinterprétée par des habitant.e.s de la CCRA et de ses environs et des professionnel.le.s sera jouée en plein air pour votre plus grand plaisir.

Samedi 17 juillet 

15h30 “Sortez masqués” (tout public à partir de 10 ans). De et avec : Colin Robardey et

Michaël Wiame. Soutenu par le Théâtre de l’ordinaire. Deux docteurs en mascologie vont

devant vous, donner naissance à plusieurs personnages à l’aide de masques qu’ils

chausseront tour à tour. Il ne s’agit pas de masques de carnaval , mais de masques de jeu

(ou théâtre), véritables entités prenant possession de leur porteur.

20h15 “Marie Paulette” (Trad danse des familles). Concert avec : Coline Ledoux et

Vincent Evard. Duo polyphonique qui s’imprègne des danses traditionnelles et les façonne encore et encore, vers une transe électrique et cosmopolitaine. Marie Paulette c’est ce que tu entends au bistrot du quartier le dimanche midi, puis qui déjante l’oreille au fond du garage, la nuit tombante. 

Samedi 24  juillet 

20h15 : Concerts de Loup Baster et la Bête

Loup Blaster, artiste audiovisuelle multi-facettes et militante originaire de Calais nous offre une voix soul à l’es­prit punk, chan­tant l’in­di­gna­tion et l’es­poir. Elle construit sa for­te­resse so­nique, domp­tant mé­lo­dies, che­vaux et chi­mères avec force et ten­dresse.

La Bête (musique cosmopopulaire/chansons épiques). Trio hybride, venu tout droit d’un Calais-monde dont elles sont empreintes, les textes parlent d’elles, d’autres, de nous, parfois. Elles rugissent leur puissance, cassent des codes, brandissant leurs utopies réelles et inclusives, le poing levé.